Impressions et budget du voyage au Québec 2015

Ce post était en « brouillon » depuis que j’avais fini d’écrire le récit du Québec et j’ai oublié de le publier.. Alors pour les curieux, voici nos impressions et le budget :

Dans l’ensemble, on a tout aimé.. le zoo de Granby mais surtout l’Amazoo avec les jeux aquatiques, le rodéo (qui a fait l’unanimité), le camping dans les parcs, les chutes (Montmorency et Chaudière), la magnifique ville de Québec, manger des glaces molles, des fraises à l’ile d’Orléans, les queues de castor, assister au pow-wow, voir les jolies maisons, les routes faciles en dehors des villes… On a revu nos amis aussi, ça c’était chouette.
On a aimé la sécurité qu’on a ressenti en règle générale, la civilité des canadiens, les parcs propres.
Même si on a pas pu respecter le programme initial (et louper des trucs), on pense avoir eu un bon aperçu du Québec. On a pas (trop) couru ni fait trop de kilomètres, le petit a pu garder un rythme pour les siestes. On regrette juste de ne pas avoir eu assez de temps pour mieux découvrir Montréal.

Les trucs qu’on a moins aimé :
On nous avait vanté l’accueil chaleureux des québécois mais hormis l’accueil fantastique de Louise, on a pas eu spécialement ce sentiment (pas négatif non plus hein, mais pas plus qu’ailleurs).
Les menus pour les enfants dans les restos… Nuggets, hamburger, frites, pâtes, glace et soda, la grande a vite saturé.
Rouler dans Montréal (travaux, nids de poule, feux, vitesse.. !) et les travaux omniprésents partout (même à Quebec).
Les taxes et les tips !!! Quelle plaie de devoir rajouter 20% à tout… ça change complètement les tarifs !
La poutine.. c’était local, il fallait absolument goûter ! Bon les impressions sont mitigés, les frites mollasses on adhère pas trop (encore que celles du Cochon Dingue étaient pas mal !)
Voyager avec un 13 mois, c’est pas simple quand même.. c’est même parfois compliqué… Il marchait depuis 1 mois et a été (je pense) un peu frustré d’être souvent en poussette.
La pluie à Grands-Jardins et ne pas avoir pu apprécier l’isle aux coudres comme il fallait.

L’impression côté paysage a été également en demi-teinte. C’est très joli, vallonné, les parcs sont chouettes et très différents mais le dépaysement n’a pas été au rendez-vous. Il faut dire que l’ouest canadien qui a été notre premier grand voyage reste un must côté paysages. Sans enfant à l’époque, on avait beaucoup randonné et vu des sites naturels incroyables, chose qui n’a pas vraiment été possible cette fois.
Le dernier mot de la grande « j’ai tout aimé sauf marcher »…!

Nos tops 3 :

Papa lutin :
1/la ville de Québec,
2/camper dans les parcs,
3/amazoo
Miss lutin :
1/prendre le traversier du retour Québec-Lévis au coucher du soleil avec son caribou dans les bras (phrase exacte !!),
2/rodéo,
3/zoo de Granby (et aller dans la chariotte…). Elle a pas pu s’arrêter à 3 et enchaîner avec : dormir sous la tente, faire les jeux du Méga parc, se prendre une douche à la chute Montmorency, rencontrer le chat du voisin à Brossard, manger des glaces, faire les boutiques de souvenirs à Québec…
Moi :
1/rodéo,
2/ville de Québec,
3/camper dans les parcs


Récap / bilan budget :

Transports : 1892€
Avion : 1328€ (2 adultes + 1 enfant + 1 bébé genoux)
Passeports : 206€ (86€ par adulte + 17€ par enfant) + 25€ de photos
Parking : 107 dollars (dont 51 dollars d’amende)
Essence : là j’ai pas tenu les comptes..je dirai 250 dollars
Traversées : 120 dollars (100 pour Escoumins-Trois-Pistoles et 20 pour Lévis-Québec)

Hébergements : 880 dollars (6 nuits) soit 616€
– Hotel Baie St-Paul : 118 dollars
– Tentes Huttopia (4 nuits) : 614 dollars
– Chalet Mer et Monde : 148 dollars

Nourriture : 1420 dollars soit 994€
Restos : 430 dollars (3 classiques + 8 style fast-food)
Courses diverses (pas que nourriture) dont 7 piques-niques, 14 repas à la maison : 850 dollars (là aussi je n’ai pas tenu les comptes jusqu’au bout)
Petits plaisirs (glaces, fraises, frites, pâtisseries, boissons…) : 140 dollars

Activités : 285 dollars soit 200€
– Zoo Granby : 123 dollars
– pow-wow : 23 dollars
– Rodéo : 50 dollars
– Aquarium : 54 dollars
– CIMM : 15 dollars
– Méga parc : 20 dollars

Souvenirs : 300 dollars soit 210€

J’ai quelques doutes pour certains postes car j’ai parfois oublié de noter (souvenirs, courses, essence).

Le total est donc d’environ 4000€ tout compris pour 4 pendant 19 jours soit 50€ par jour et par personne.
J’aurai pensé dépenser moins, surtout qu’on n’avait pas à payer l’hébergement mais on ne s’est privé de rien…

Récit du séjour en famille au Québec n°1
Récit du séjour en famille au Québec n°2
Publicités

Une étoile de plus…

Bon ok nous sommes le 1er février et il est donc trop tard pour vous adressez mes voeux 2017. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir pensé pendant tout janvier à ce que j’allais vous dire, surtout que je n’ai pas écrit depuis longtemps. Et puis je me suis dit que les voeux c’étaient un peu dépassés. J’ai donc un peu zappé.
Et puis il y a eu aujourd’hui. Aujourd’hui où ma mamie du Cantal est partie rejoindre les étoiles. Oui elle était âgée, oui elle était malade et nous n’étions pas très proches. Ca ne fait pourtant pas moins mal au coeur.

Quand j’étais enfant, faire les 5h de route qui nous séparait du Cantal était une vraie expédition. Nous partions la nuit, ma mère préparait un lit pour mon frère et moi dans la voiture : lui en bas, moi sur la banquette. C’était l’époque où les sièges auto n’étaient pas obligatoires. Une fois arrivés dans le département, il fallait encore surmonté les innombrables virages qui nous rendait malades, nous devions nous arrêter régulièrement pour que je vide mon estomac.

Arrivés chez mes grands-parents, mon frère et moi dormions dans la chambre du grenier à la tapisserie aux ronds psychédéliques des années 70 et à la lumière qui s’éteignait grâce à la tirette au dessus du lit. Dans ce grenier, j’ai des souvenirs lointains où avec mes cousins, nous l’arpentions de long en large pour rechercher des trésors. A l’époque, il me semblait si mystérieux, si grand, plein de recoins et de cachettes, nous y avons passés des heures.
Cantalous jusqu’au bout, j’ai toujours eu du mal à comprendre ce que me racontait mon papy et ma mamie du bout du monde. Parlant régulièrement en patois, j’avais l’impression d’être dans un pays étranger.
Dehors, l’arrière de la cabane ouvrait sur une forêt où nous jouions aux indiens avec mon frère et où mes cousins se faisaient un malin plaisir de me perdre. Elle n’était pourtant pas plus grande qu’un terrain de basket. Mais ça je l’ai découvert plus tard, quand nous avons cessé de jouer. Quand nous avons perdu notre naïveté d’enfant et notre capacité de nous satisfaire de ce que nous avions sous la main. Quand nous avons grandi.

Les années passants, les visites se sont espacées. J’ai fait des études, j’ai trouvé un boulot, acheté une maison, construit une famille, trop occupée que j’étais de vivre ma vie.
Aujourd’hui, ma mamie partie ravive le souvenir de tout ce que j’ai vécu chez elle, des moments inoubliables de mon enfance. C’est aussi dans ces moments difficiles qu’on se dit qu’on aurait dû aller les voir plus souvent. Qu’on aurait dû créer plus de liens… Et si… ben oui avec des si… Mais c’est trop tard.

L’enterrement va être l’occasion de revoir ma famille. Mes cousins, mes tantes, mes petites cousines, mon papy que j’adore. Pourquoi faut-il que ce soit ce genre d’événement qui rassemble la famille ?

Alors voilà, je ne vais pas vous souhaiter une bonne et heureuse année. Je vais juste vous souhaiter de passer du temps avec votre famille, vos proches et de faire un effort car oui il faut parfois se forcer et ne pas avoir de regret. Dire à ceux qu’on aime, qu’on les aime. Ca parait super simple et pourtant… c’est quelque chose qui est difficile, notamment pour moi qui n’ai pas été habituée à des démonstrations d’amour verbales. Ca ne coûte rien et ça fait plaisir à celui qui l’entend.

Je vais aussi souhaiter de vivre vos rêves, d’essayer même quand ça parait compliqué et de ne jamais baisser les bras. La vie est courte, vraiment très courte, elle peut s’arrêter à tout instant alors n’ayez pas de regret.
Il y a longtemps j’avais lu quelque part : « Quand tu crois que tu vas mal, dis-toi que ça pourrait être pire. Et quand tu touches le fond, dis-toi que ça ne peut qu’être mieux ». Cette phrase me suit depuis des années, remplacée depuis par « Qui ne tente rien n’a rien »…

Essayez, explorez, aimez, vivez.