Budget de 2 semaines en échange de maisons en Irlande et en famille !

Après les 4 épisodes sur le récit de notre échange de maisons de 2 semaine en Irlande cet été 2016, voici un petit bilan sur le budget dépensé. C’est une info qui m’intéresse beaucoup en général quand je prévois mes voyages donc si partager le budget total et poste par poste de nos dépenses peut permettre à certains autres d’avoir des éléments de réponse sur les frais à prévoir, tant mieux !

À chaque voyage que nous avons fait, j’ai toujours tenu un journal de bord des dépenses. Plus ou moins… En fait, je commence mais j’ai toujours du mal à terminer car je note une somme par çi, une somme par là, parfois je garde des tickets, d’autre fois j’écris sur un bout de papier, et ça m’arrive aussi d’inscrire sur le bloc notes du téléphone. Oui mais pourquoi être aussi précis me direz-vous ? Et bien simplement pour savoir exactement ce que nous dépensons en vacances, ce que ça peut représenter, voir ce qui peut être réduit, ou au contraire, les dépenses incompréssibles. Cela semble logique et pourtant, bon nombre de personnes n’ont pas de limites ou n’ont pas l’habitude de compter ou ne pense pas dépenser plus que d’habitude. Pour moi ça me permets de vérifier chacun des postes de dépenses, avoir des proportions… On a parfois des surprises entre ce qu’on croit et la réalité !

Donc pour ce nouveau voyage, je voulais une appli spéciale pour rentrer nos dépenses. J’ai donc trouvé « Paspartu ». Elle permet de noter exactement ses dépenses en les classant par rubrique jour par jour.

Voici le graphique récapitulant nos dépenses. 

budgetirlande

Transferts : avion, essence, péages et parkings
Hébergement : 4 nuits
Aliments : restos, courses et extras
Attractions : visites et activités
Autre : souvenirs

Total : 1873€

Rappel
Qui ? 2 adultes et 2 enfants (7 et 2 ans)
Quand ? 2 semaines en juillet
Où ? 10 nuits en échange de maison et 4 nuits en hébergements payants

Et pour le détail très précis :

Transferts : 640€
Billets d’avion Ryanair : 393€ (avec 1 bagage soute enfant à 50%)
Péages (maison-Beauvais et Limerick) : 34€
Parking : (aéroport de Dublin, Galway, Limerick et Beauvais) : 58€
Essence (de la maison à la maison, Irlande compris) : 155€

Hébergements (avec petit-dej) : 375€
Ibis Beauvais : 97€
Kinvara Guesthouse : 95€
Limestone lodge b&b : 100€
Sea Crest Farmhouse : 83€

Aliments : 639€
Restos (Beauvais, Galway, Kinvara, StoneCutters Kitchen, Old Bakehouse, Limerick, Nenagh, aéroport Dublin) : 325€
Courses : 305€
Goûter Starbuck : 9€

Activités : 89€
Birr Castle : 21€
Clonmacnoise : 14€ (dont carte en français, payant)
Cliff of Moher : 12€
Rock of Cashel : 12€
Château de Bunratty : 30€

Souvenirs : 117€

 

Et pour lire nos aventures, c’est ici :
Épisode 1
Épisode 2
Épisode 3
Épisode 4

Publicités

L’Irlande en famille et en échange de maisons (4)

Samedi 23 juillet

Aujourd’hui, nous passerons la journée à Limerick. Le rendez-vous est fixé depuis plusieurs mois avec Florent, membre du groupe facebook d’échange de maisons duquel je fais partie, qui échange sa maison des Landes contre une autre à Kinsale via Trocmaison. Nous avions convenu de nous rencontrer « pour de vrai » après quasi une année à échanger virtuellement bon plans, astuces et conseils  sur le groupe facebook.

Le point de rendez-vous est à midi dans le parking du centre-ville. Il faut que lui et sa famille ait le temps de faire les 2h de route qui les sépare de Limerick.
Nous nous retrouvons facilement et le contact passe immédiatement.
Nous décidons d’aller en ville pour choisir un pub. J’avais noté 3 restos « conseillés » dans les forums et sites mais nous avons du mal à les trouver.
Florent aurait aimé un vrai pub mais nous sommes 9, un samedi et c’est l’heure de pointe. Au final, nous optons pour le Coqbull Restaurant avec des spécialités de boeuf et de poulet.
Je suis fan de la déco intérieure de type bistro très moderne.

La serveuse à l’accent incompréhensible nous apporte la carte. On choisit tant bien que mal nos plats (on ne connait pas la signification en français des ingrédients) mais le must c’est quand Florent et papa lutin demande conseil à la serveuse pour le choix d’une bière. Et là comment dire… aucun de nous n’a rien compris à ce qu’elle a raconté… On finit par lui dire d’emmener « the beer you prefer »… Et la bière s’avèrera sacrément corsée, hein Florent ?!
Florent à qui on apporte son burger végétarien (????!!!) et moi un burger entouré d’une feuille de chou (??????!!!). Quant aux lutins, on a commandé, par erreur forcément, double ration du menu enfant (??????!!!). Méga loose ! Un ratage complet sur cette commande !

dsc_0118

Mon burger est un galère à manger, ça coule de partout et le chou c’est un peu déstabilisant quand on s’attend à manger un burger classique avec du pain.
On discute bien, on s’échange nos anecdotes respectives qui tournent… sur les échanges de maisons bien évidemment !

Après les desserts et les cafés, nous partons explorer la ville. Florent qui a son GPS pour le geocaching nous indique qu’il y a une cache près du Sarsfield bridge qui surplombe le fleuve Shannon.

dsc_0141

Quelques selfies avec la perche qui fait beaucoup rire, c’est l’heure de se séparer et de découvrir la ville (ou faire du shopping) chacun de son côté.
Bref, une super rencontre (comme Louise au Québec l’an dernier !) !

Pour l’après-midi, on va découvrir le patrimoine de la ville en suivant les caches indiquées sur mon téléphone. Au programme : la cathédrale Sainte-Marie, le musée Hunt, la Courthouse… En voulant aller vers le King John Castle, l’ambiance change et pour la première fois depuis notre arrivée en Irlande, nous ne nous sentons pas en sécurité. on fait demi-tour et retournons en centre-ville pour longer les magasins et pourquoi pas, trouver quelques souvenirs à ramener.

En revenant au parking vers 17h, nous avons la surprise de voir un parking quasi désert !!

dsc_0192

Une heure plus tard, nous sommes de retour chez nous pour une soirée tranquille devant un dessin animé en français.

Dimanche 24 juillet

Aujourd’hui le temps est gris et pluvieux. On traîne à la maison, les lutins (et pas que…) font la sieste, bref c’est une journée complètement off.
Encore qu’à 16h30, papa lutin insiste pour aller voir quelquechose. Direction Roscrea. Sur la route, nous voyons un bel ensemble architectural et nous changeons de cap pour aller voir ce qui se cache là-bas.

20160724_184710Et quelle belle surprise !

Nous nous trouvons au Mount St-Joseph abbaye et les bâtiments se composent d’un collège cistercien et d’une église, le tout entouré d’un grand parc arboré. Ca fait très campus américain, la zénitude en plus.
Nous allons nous promener sur le sentier aménagé en quête d’une nouvelle cache.

Elle est un peu compliquée à trouver mais nous permet de voir les fontaines, les parcs bien proprets, les rangées d’arbres immenses…

On fait un tour rapide à Roscrea et se termine par la recherche de 2 nouvelles caches qui s’avéreront introuvables… La tour ressemble à celle de Raiponce, miss lutin a l’imagination débordante !

 


Lundi 25 juillet

Ce matin nous partons pour Rock of Cashel à 1h de là. Vu l’heure, nous achetons de quoi manger dans une petite supérette et profitons d’une accalmie pour manger sur un banc. Puis c’est la montée au Rock puisqu’il est situé sur un promontoire rocheux.
Un car de français est juste devant nous et à l’entrée, passe sans payer pour suivre le guide. Tentée de les suivre (oui oh ça va hein…), c’est papa lutin qui hésite et qui se fait par conséquent repérer par l’un des caissiers. Soulagés de 14€, nous découvrons l’un des plus grands vestiges irlandais. Sans guide ni audioguide, la visite n’est pas transcendante malgré la vue incroyable sur les champs alentours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une cache à l’entrée du site et hop on repart.

dsc_0248

Nous redescendons et cherchons l’église que nous avons vu d’en haut. Il s’agit de la Hore Abbey et la aussi malgré l’édifice qu’on devine imposant, cela reste des vieilles pierres…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre chemin se poursuit à Cahir. Les enfants n’ont pas envie d’y aller alors on profite du parc qui entoure le château et les sculptures qui y sont posées permettent aux lutins de courir dans tous les sens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques boutiques de souvenirs plus tard, c’est le retour à la maison.

Mardi 26 juillet

Bunratty n’était pas initialement au programme mais les panneaux que nous avons vu sur le chemin pour aller à Limerick nous a donné envie d’y aller.
C’est seulement après la sieste que nous partons pour Bunratty. J’avais vu sur internet que le tarif était de 11€ sauf que sur place il semble que ce tarif ne soit accesible que sur internet… quelle loose.. sur place c’est 15€ ! et encore plus quand je me suis rendue compte qu’il existait un tarif jumelant les entrées aux cliffs of moher et à Bunratty à bon prix. Bref, n’hésitez pas à acheter vos billets en ligne et voir sur des couplages de sites existent, cela permet de bien réduire la note.
L’entrée donne accès au Bunratty castle et au folk park. Le prospectus est en français. Notre première étape est le château puisqu’il ferme assez tôt en raison des dîners organisés à partir de 18h. Il y a un monde de fou dans les escaliers et avec mini lutin c’est compliqué. Nous prenons la pose sur les trônes de la salle de conseil.
La visite se poursuit dans le parc folklorique. Des maisons typiques ont été reconstitué afin de découvrir un village irlandais d’antan. Il y a quelques animations, de la musique, des animaux.

Nous terminons par le chemin des fées. Des petites portes colorées et des personnages féériques le long d’un parcours arboré destiné aux enfants. Le temps est à la bruine mais les enfants sont ravis ! Avant de partir, ils voient des jeux et là c’est le drame… Impossible de partir ! En plus mini lutin a trouvé une pelle mécanique pour attraper du sable, il adore !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le parc va bientôt fermer, nous faisons le plein de souvenirs bien kitsch et retour à la maison.

Mercredi 27 juillet

C’est notre dernière journée en Irlande. Matinée à jouer dehors puis après la sieste de l’après-midi, nous allons à Templemore pour suivre le fairy trail (chemin des fées). Comme la veille à Bunratty, il s’agit de suivre un circuit dans la forêt balisé par des petites portes cloutés aux arbres. Nous trouvons une cache pas simple et mini lutin est trop content !
La « récolte » est beaucoup plus light qu’à Bunratty.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et là d’un coup, un homme nous aborde car il a entendu que nous parlions français. C’est Mike, un personnage à Templemore. Il a roulé sa bosse aux 4 coins du monde et donne désormais à manger aux oiseaux du parc. Sous ses airs d’homme des cavernes, il est érudit et a plein d’anecdotes à raconter. Nous avons fait le tour du parc avec lui, écoutant ses histoires avec plaisir. Il nous dit que Bunratty a été construit à Limerick car c’était l’aéroport d’arrivée des américains et qu’il fallait qu’ils aient un rapide aperçu de l’Irlande avant de partir découvrir un autre pays européen. C’est sûr que Bunratty, c’est sacrément touristique et nous voulons bien le croire, néanmoins, nous on a bien aimé !
Dernière soirée dans notre maison de vacances.

Jeudi 28 juillet

Et voilà l’heure de rentrer à sonner. Il set temps de ranger, refaire les valises, nettoyer la maison et la voiture. Un dernier tour pour vérifier que rien n’a été oublié et c’est le départ.
Nous passons par Portloise et décidons de voir le fameux Rock of Dunamase. Papa lutin et moi grimpons au rock à tour de rôle. Encore et toujours des vieilles pierres mais l’ensemble est conséquent, la vue à 360 sublime.

Nous reprenons la route pour l’aéroport de Dublin. On circule plutôt facilement et on se gare quasi au même endroit que là où on a récupéré la voiture.
Nous sommes bien encombrés avec nos nombreuses valises mais l’enregistrement est d’une simplicité déroutante… Il y a plusieurs bornes électroniques avec une hôtesse. Elle scanne nos billets (ne pas oubliez de vous enregistré en ligne 48h avant) et nous demande de mettre nos bagages sur le tapis et voilà ! Pas de queue ni d’attente, quel pied !
Nous flânons dans les boutiques avant de nous décider à manger au fast food. Le temps d’attente est cette fois considérable et c’est à la va vite que nous finissons notre repas et que nous allons à l’embarquement. Les couloirs sont longs, surtout avec les petites pattes d’un deux ans !
Nos bagages à main sont une nouvelle fois mis en soute, l’avion est blindé et hop, c’est le grand départ !

Arrivés en France vers 22h, il fait chaud ! Ca nous change !
Les enfants attachés, c’est parti pour 4h30 de route. Ils s’endorment illico. Nous rentrons fatigués mais heureux !
Nous retrouvons un petit mot papier de nos irlandais et un autre sur le tableau de la cuisine, ils ont été ravis de leur séjour chez nous !
dsc_0570

Budget échange en Irlande

 

Épisode 1

Épisode 2
Épisode 3

 

Quand l’échange de maisons et la cuisine font recette commune…

Il paraît que les échanges de maisons c’est comme une recette de cuisine, c’est l’assemblage d’ingrédients qui donne le résultat de ses rêves !

Échanger implique un savant mélanger d’ingrédients qu’il faut savoir mesurer à sa juste nécessité.

J’ai trouvé cette photo chez Trocmaison qui pourrait résumer la recette parfaite de l’échange de maisons.

recette-echange-de-maison-trocmaison-unamourdelutins

« 1kg de confiance »
De la confiance pour commencer car prêter sa maison n’est pas si simple que ça. C’est par conséquent le plus « gros » ingrédient car sans confiance, pas d’échange…

« 1 cuiller et 1/2 de communication »
Elle est primordiale aussi et aurait mériter une plus grosse part. Les échanges de mails entre les deux parties permettent de se mettre d’accord sur les termes de l’échange afin d’éviter les mauvaises surprises. La communication permet auiss de mieux se connaitre !

« 1/4 de tasse de courtoisie »
Dans cette recette, l’ingrédient courtoisie est synonyme de l’engagement. En effet, il faut toujours se mouiller un minimum pour conclure un échange ! Ça peut faire peur quand c’est le premier mais on devient vite addict !
Au sens premier de « courtoisie »,  c’est être poli et courtois dans les échanges par mails. Que l’on décline une proposition si on ne « sent » pas l’autre échangeur ou si les termes ne conviennent pas, peu importe mais toujours le faire avec classe et panache !

« 2 cuillers à soupe d’esprit ouvert », « 1 cuiller à café de flexibilité » et « 1 cuiller à soupe de localisation »
Ces 3 ingrédients sont liés les uns aux autres. L’ouverture d’esprit et la flexibilité permettent d’envisager n’importe quelle destination, configuration familiale et de s’adapter aux besoins de chacun (dates d’échanges, soins des animaux, échange de voitures) afin que chacun y trouve son compte. L’échange c’est une négociation où le lien gagnant-gagnant est primordial !
Et non ne pas croire qu’on a moins de « chance » d’échanger sa maison quand on habite une zone rurale ou peu courue des touristes, j’en suis la preuve vivante ! Pour ceux qui auraient encore des doutes, je vous invite à lire l’excellent article de Daphné sur le sujet « faut-il vivre dans une région touristique pour échanger sa maison ».

« Une pincée d’organisation »
Et oui une fois que l’échange est conclu, il faut s’or-ga-ni-ser !
Comment procéder à l’échange des clés de la maison ? de la voiture ? Donner à manger aux animaux ?Toutes ces questions seront à régler au fil des jours suivant la conclusion de l’échange. Enfin, n’oubliez pas de vous organisez quant au nettoyage et rangement de la maison. C’est la partie la moins fun et cela peut parfois prendre beaucoup de temps mais c’est pour la bonne cause !

« Une larme d’esprit aventurier »
Ah prendre l’avion, échanger sa voiture manuelle contre une automatique, camper dans un parc naturel… ne pas avoir peur de vivre de nouvelles expériences, les souvenirs n’en seront que meilleurs !

Enfin, j’aurai rajouté « une touche de respect » (dans la maison des hôtes) et »une poignée de générosité » (penser à faire plaisir à la famille qui sera chez nous en soignant l’accueil et les détails) pour que la recette soit complète !

Bon échange !