La soupe au lait de mon enfance

Ce soir j’ai mangé une soupe au lait… Je sais, je sais, rien de transcendant, je pourrais rajouter pour vous « on s’en tape ». Oui c’est vrai. Et pourtant…

J’aime la soupe au lait mais je n’en avais pas mangé depuis des années. Ce soir quand j’ai vu la brique de lait, un retour en arrière s’est opéré immédiatement…

J’en mangeais lorsque j’étais enfant, il y a 25 ans de cela. J’avais alors 10 ans et j’adorais la soupe au lait. Les souvenirs qui y sont associées sont vraiment heureux. Mes parents, notre maison à la campagne, mon frère, l’été, les vacances…
Cette époque était celle où on mangeait à 19h30 avant d’aller faire une promenade en attendant le film qui débutait à 20h30. Des petits bonheurs tout simples et insouciants, des bonheurs d’enfants quoi…

soupeaulaitMon père en a toujours mangé d’aussi loin que je m’en souvienne. C’était son petit rituel lorsqu’il faisait beau et chaud. Du pain rassis et du lait… Simple et rafraîchissant, c’était une « recette » estivale qu’il affectionnait tout particulièrement.

J’aimais quand il me demandait d’aller mettre le litre de lait au congel pour le refroidir.

J’aimais préparer les petits morceaux de pain secs tout en prenant soin de vider les miettes (car j’ai horreur des miettes dans le lait) et nous le dégustions toute fenêtre ouverte à la maison.

Je n’ai jamais fait goûté de soupe au lait à mes lutins. Il faut bien avouer que ce repas n’en ai pas vraiment un et pourtant, il est tellement plein de merveilleux moments pour moi que j’aimerai leur créer le même genre de souvenirs.
Que dans 15 ou 20 ans, ils se rappellent, à leur tour, que le véritable bonheur ne réside pas dans l’accumulation de biens matériels mais simplement dans ces petits instants du quotidien partagés avec ceux qu’on aime.

Note : désolée, j’ai pas trouvé mieux pour la photo !

Un week-end au camping en famille

Vous le savez maintenant nous passons nos vacances en échangeant nos maisons. Nous ne concevons plus nos vacances autrement. Et pourtant…
Après notre voyage en Irlande cet été (un article est en cours de préparation), miss lutin nous a dit au retour que de toute façon, elle préférait les vacances avec papy et mamie. Ah… pas trop surpris (papy et mamie se font un malin plaisir à nous dire régulièrement que les échanges ne sont pas adaptés aux enfants), nous la questionnons. « On fait du toboggan et de la piscine, je joue avec des copines, je mange des glaces, on va danser les soirs et mamie, elle me fâche jamais »… bon ok, sur ces arguments très constructifs, papa lutin et moi-mêmes nous nous interrogeons. Nous ne sommes pas « contre » le camping, nous avons débuté nos vacances d’été ensemble de cette façon. Sauf que depuis on échange les maisons et on apprécie le confort que cela procure.

Papy et mamie partent tous les ans avec miss lutin au camping, celui de la sorcière (pour ceux qui ne connaissent pas, allez voir l’ami google)… Il s’agit de gros complexe touristiques (hébergement de plein air) avec jeux aquatiques, jeux pour enfants, club enfant et nombreuses animations.
Et forcément, une semaine, en plein air loin des parents, ça donne un sentiment de liberté, pas de contraintes horaires, pas de visites… il n’y a pas vraiment d’interdits ni d’obligations…
Bon on comprends, de toute façon, au camping ou ailleurs, c’est tout un ensemble de paramètres qui lui font aimer ces vacances.

Bref, cette idée de camping a fait son chemin et c’est à l’occasion du long WE du 15 août (lundi étant férié) qui est annoncé suffocant que nous décidons de  nous essayer aux joies du camping en famille. C’est vrai quoi, poser son cerveau le temps d’un week-end, aller à la piscine, faire la sieste, aller au resto, manger des glaces, danser, pique-niquer et dormir tous ensemble, ya pire ! De vraies vacances au final, juste profiter d’être ensemble sans faire de voiture ni de visite, bref, sans contrainte.

Avant tout, il faut s’assurer que la tente n’a pas subit le poids des années… Elle n’a pas servi depuis… heu… 2008 et encore, par nos échangeurs canadiens qui étaient partis camper à St-Émilion. De notre côté, la dernière fois que nous l’avions utilisé étaient lors de vacances dans le Lot en 2007. Heureusement que j’avais tout noté pour le montage… Du coup, c’est finger-in-the-nose !
Ensuite les matelas gonflables. Un est à jeter et l’autre se dégonfle au fil des heures, ce n’est pas transcendant mais ça devrait le faire. Et puis voilà.. On a jeté il y a plusieurs années les recharges de gaz car elles étaient périmées. On avait vu que des campeurs utilisaient souvent le wok alors on se dit que ça irait. Bon, ça a l’air d’aller, plus qu’à trouver un camping !

Les recherches vont bon train, ciblées dans un rayon de 3h maxi à la ronde. Sauf que le 15 août tombant un lundi et que c’est une période de vacances très chargée, c’est assez compliqué de trouver des disponibilités dans de gros campings avec complexe aquatique.
Oui car dans nos critères, le complexe aquatique est le n°1. La distance le n°2 et enfin les animations dans le camping le n°3.

Bref, c’est quasi sans succès pour un emplacement avec électricité pour 3 nuits (du 12 au 15 août). Dépités, on se dit que tant pis, on verra l’an prochain.

Le 13 août, papa lutin et moi pensons que c’est quand même dommage de passer à côté de cette occasion, surtout que la météo s’annonce très favorable, c’est le moment où jamais.
Papa lutin rappelle l’un des campings dans le département voisin qui nous plaisait et il entends, encore, la tirade de la standardiste : »oui il reste des places mais je ne peux pas vous réserver d’emplacement, c’est au premier qui arrive qui prend la place et non monsieur, n’insistez pas, je ne peux pas vous garantir que ces places soient toujours dispo même si vous arrivez dans 1h30″… Accueil téléphonique vraiment antipathique… Comment on fait si après avoir roulé 1h30 dans la chaleur on nous dit que le camping est complet ??! Bref, on se dit que tant pis, au pire, il y a ce petit camping sans prétention pas loin que nous avons vu à St-Nectaire.

Branle-bas de combat, il est déjà 11h et rien n’est prêt. Hop 2 tenues d’été pour chacun d’entre nous, une petite laine pour les soirs, les brassards, les maillots de bain, la crème solaire, les doudous, la gigoteuse d’été pour mini lutin, la trousse de toilettes, les serviettes de plage, les serviettes pour la douche, les tongs pour tous, les couches, les draps housse pour les matelas, les oreillers, les couvertures, la glacière électrique avec quelques fruits et de quoi faire un pique-nique, la rallonge, le nécessaire pour le petit-déjeuner, les 2 matelas des lits d’appoint (le matelas gonflable ne suffisant pas), la tente, la table pliante qu’on nous a prêté, deux chaises pliantes et la vaisselle en plastique (oui faut pas s’encombrer hein..)… Voilà, le coffre est plein (mais vraiment plein !) en 30 mn.

Direction Murol dans le Puy-de-Dôme et son camping 5e étoile : le Sunêlia La Ribeyre. N’oublions pas les toboggans qui sont les éléments principaux de notre choix !
piscinesunelia
Il fait chaud sur la route et nous nous arrêtons faire quelques courses et manger. Week-end de chassé-croisé sur la route, Bison futé annonce du rouge pour aujourd’hui et nous entendons à la radio que l’autoroute A71 est bloquée à cause de bouchons avant et après Clermont (au niveau du péage donc). Pas de souci, nous prendrons les routes secondaires. Bon c’est quand même bien plus long, le GPS ne fonctionne pas, on se perd un peu, mais on découvre des paysages sublimes, on ne vient jamais par là alors qu’on habite à moins de 1h30…
On arrive enfin au camping et le toboggan nous fait de l’oeil immédiatement, faut dire qu’on a eu sacrément chaud.

Papa lutin s’occupe de l’administratif puis nous sommes conduits à notre emplacement. Nous sommes au fond d’un petit chemin, il y a un mobil-homes devant, derrière et d’autres tentes sur les côtés, l’emplacement est au soleil, je ne suis pas sûre que cela va me plaire… Et puis la fille nous dit qu’avec les arbres, le soleil tape uniquement l’aprèm histoire de réchauffer la tente avant d’aller au lit, que les nuits étant fraîches, c’est un petit plus.

Nous montons la tente rapidement, gonflons le matelas, on vide la voiture aussi vite qu’on l’a remplit.
tentecampingOn se met en maillot et direction la piscine !
Elle est noire de monde. Nous trouvons un transat dispo et y installons nos affaires. L’eau n’est pas super chaude mais ça rafraîchit bien ! L’ombre arrive vite et mini-lutin s’est bien dépensé mais commence à grelotter. Nous allons donc tous les deux dans la piscine couverte chauffée tandis que miss lutin et papa continuent de s’amuser dans les toboggans.

Puis vient l’heure où un animateur siffle. C’est le signal, tout le monde doit quitter les lieux, ce soir, c’est samedi et le samedi c’est nocturne à la piscine à partir de 20h30 donc les animateurs doivent replacer les transats.
Nous allons nous doucher, on prends un petit apéro et on file au restaurant du camping. Au final, à défaut de resto, c’est un snack. Les lutins ayant mangé des chips à l’apéro, ils n’ont plus très faim. Assiette auvergnate pour moi, pizza pour papa lutin, saucisses-frites pour les petits. La pizza est moyenne mais mon assiette est copieuse ! Pâté, jambon cru, saucisson, saint-nectaire, bleu d’Auvergne, cantal… j’ai dû mal à finir. Le smoothie aux fruits rouges est délicieux quoique pas assez frais mais quand papa lutin me dit que ce n’est pas de vraies fruits mais un coulis sortie d’une poche mixé avec du lait… petite déception.
assietteauvergnate
Il y a une soirée dansante à partir de 21h mais deux incidents (sans gravité, encore que pas vraiment pour une petite fille qui est tombée et perdue 5 dents) et 2 camions de pompiers plus tard font démarrer la soirée à presque 22h. Peu importe, dès que la musique se fait entendre, les lutins vont se déchaîner sur la piste. Mini lutin n’a quasiment pas dormi (1h seulement en voiture) mais il s’éclate comme un petit fou. 23h. Il est temps de rentrer. Lavage des dents, installation sur les matelas (papa et mini lutin ont chacun un vrai matelas et miss lutin et moi prenons le matelas gonflable qui se dégonfle…), chacun sa place, nous sommes prêts pour la nuit.

Le hic c’est que j’ai froid et mal au bidon. Merci smecta… et merci smoothie aussi. Dans la nuit, j’ai vraiment froid du coup je me colle à miss lutin. Le matelas qui se dégonfle au fil des heures fait que dès que je me tourne, ça la réveille et lui donne envie de faire pipi… 3 fois dans la nuit… merci le jus d’orange… Le matin arrive et les arbres nous abritent du soleil, il est ainsi 9h quand on s’extirpe de la tente. On prend le petit-déjeuner et on file à la piscine. Papa lutin prends en charge les petits et je peux me faire bronzer tranquille.
Après midi, nous allons pique-niquer à notre emplacement. La table est vraiment branlante, seuls les enfants peuvent s’asseoir dessus au risque de la voir s’écrouler.
Le repas vite pris, on tente de faire la sieste mais la partie nuit est en plein soleil et dessous, c’est un sauna.
frereetsoeuraucamping
Note pour la prochaine fois : prévoir une bâche plastique pour mettre un matelas sur l’herbe. Note n°2 : amener des transats afin de pouvoir bronzer ou lire sans se casser le dos par terre sur une serviette et un sol ondulé…

Tgossipgirliens en parlant de lecture. Ca fait des années que je n’ai pas lu un livre du début à la fin… Et pourtant, j’ai des dizaines de livres achetés en brocante qui attendent d’être lus.
Au camping, il y a une pièce télé avec le wifi et une bibliothèque. On peux emprunter les livres puis les remettre à la fin du séjour, c’est très appéciable !
J’ai ainsi choisi un livre léger, facile à lire : un épisode de Gossip Girl. Gnangnan et frivole et j’ai adoré ça !

Bref, au final, pas de sieste, il fait vraiment trop chaud pour mini lutin. Du coup c’est jeux avec sa soeur, pour une fois qu’ils ne se disputent pas…

Les maillots de bain étant secs, c’est l’heure d’y retourner ! Il fait vraiment chaud et on veut en profiter ! Pour le goûter, les crêpes sont de la partie et les petits se régalent !
Après la douche de fin d’après-midi, c’est apéro puis pique-nique. Après manger, nous allons faire un tour autour du petit plan d’eau situé au fond du camping. La balade est courte et permet aux enfants de courir et d’aller caresser quelques chevaux qui paissent à proximité. Ensuite, direction le bar pour assister à la soirée « quizz musical ». Il n’y a plus de chaises dispo et le jeu a déjà débuté. Tant pis, on restera debout et on aidera le groupe devant nous. Ils sont désignés gagnant mais peuvent clairement nous remercier (nous et une autre campeuse) !
Les jeux s’enchaînent, la finale se joue sur des extraits de films Disney. Cela plait ainsi beaucoup à miss lutin. Par contre, les extraits ne sont pas les plus connus et la plupart des finalistes échouent à reconnaître de quel film il s’agit. Miss lutin a 2 bonnes réponses, elle jubile ! Mini lutin court partout, c’est un peu plus compliqué de le canaliser, il ne tient pas en place.
A la fin du jeu (le gagnant a eu un baptême en saut en parapente !!), nous allons nous coucher. Cette fois, j’ai empilé les couches, aussi bien pour les petits que pour moi, on ne devrait pas avoir froid ! Si vous voulez tout savoir, j’ai mis un t-shirt à manches longues, un gilet, ma polaire, un legging, un pantalon fluide, mes chaussettes et ma couverture. Tout va bien jusqu’à 4h du mat ou je me réveille frigorifée… Du coup je prends mini lutin sur le matelas gonflable qui et l’entoure de mes bras, miracle, sa chaleur suffit à me réchauffer !

Les voisins du mobil-home ont laissé la lumière des toilettes allumés dans la nuit sans fermer le rideau… peu importe on se lève un peu après 9h, toujours accueilli avec le soleil.

C’est déjà le jour de partir mais nous avons jusqu’à midi pour le faire. Nous prenons donc notre petit-déjeuner avec quelques croissants puis nous remballons les affaires. Une fois l’emplacement libéré nous allons garer la voiture à l’extérieur et retournons à la piscine. On se baigne, on fait la course dans les toboggans, encore et encore, on participe aux jeux « cafés » (animateurs au top) puis je laisse les nains au papa pour aller finir mon livre et bronzer un peu. Mini lutin s’est éclaté en faisant des sauts et des sauts et des sauts et encore des sauts (non je ne radote pas).
Vers 13h, c’est l’heure de partir.
Nous allons acheter de quoi pique-niquer au supermarché du coin et prenons la direction du lac d’Aydat. Nous trouvons des tables de pique-nique dans une forêt avec pour voisins des dizaines d’ânes.
Bien sûr les lutins sont ravis, ils vont les caresser et c’est assez compliqué de les faire s’asseoir pour manger.
aneaydat
Bien entendu le repas est vite expédié et nous allons achever ce petit week-end en faisant plaisir aux enfants. Les selles, tapis et étriers sont récents, l’impression est très bonne. L’âne de miss lutin s’appelle Rikiki et celui de mini lutin, Luna. Cette dernière est littéralement une tête de mule… Il me faut un petit bâton pour la faire avancer !
Le circuit fait 20 minutes mais en réalité, 15 minutes suffisent largement pour faire le tour. D’ailleurs, ce parcours en forêt était très agréable, il nous a vraiment donné envie de revenir.

Cette fois, c’est l’heure de rentrer chez nous !

Bilan : ce week-end camping entre nous était très sympa, tout le monde a bien aimé ! On a laissé notre cerveau a l’entrée et on a juste profité du soleil, de la piscine, des animations. Nous ne sommes restés que 2 jours mais j’imagine que si nous étions restés plus longtemps, miss lutin aurait pu aller au club enfant et se faire plein de copines. On retentera, cette fois en étant mieux équipé…!

Budget 

2 nuits de camping (emplacement avec électricité 10A) : 91€
Resto : 28€
Glaces : 5€
Smoothie : 6€
Crêpes : 5€
Croissants : 6€
Frites : 6€
Pique-nique : 30€
Péage : 4€
Balade en âne : 12€
Total : environ 200€

Anecdotes sur nos échanges de maisons

Et oui, encore un article sur les échanges de maisons.. Ben oui mais c’est les vacances quoi !!!
Je voulais faire un petit bilan de nos 9 ans chez Trocmaison et puis ça s’est doucement transformé en : mais tiens, j’ai plein de petites histoires à raconter !
Nous n’avons jamais eu d’a-prioris sur les échanges de maisons ni même pensé aux gens qui viendraient chez nous en tant « qu’étranger dans notre lit ». Nous n’avons pas non plus pensé qu’ils pourraient saccager la maison ou voler mes bijoux (quels bijoux ?!?!). Toutefois, en 15 échanges, on peut commencer à faire un petit bilan chiffré des problèmes rencontrés mais j’avais surtout envie de vous livrer quelques petites anecdotes, amusantes… ou un peu moins..!

De notre côté et notre maison…

  • 15 échanges en tout
  • 4 voyages à l’étranger
  • 4 échanges de voiture
  • 7500 kilomètres faits par nos hôtes avec notre voiture
  • 2 assiettes cassées
  • une poêle neuve téfal irrécupérable à cause de l’utilisation de la paille de fer…
  • 2 contraventions lors du prêt de notre voiture
  • 2 coupes à champagne cassées
  • une fuite de la baignoire (en la lavant, nous avions mal revissé le bouchon de vidange…) et appel du plombier
  • une grille d’un robinet cassé à cause de la pression de l’eau (toujours pas compris cet argument…)
  • la marche arrière craquée

Chez nos hôtes… 

  • 3 verres cassés
  • Deux passat (break et classique), deux Chevrolet et une Volvo utilisés
  • une porte de placard laquée de salle de bain rayée puis rénovée grâce à un super artisan local
  • un accident de voiture et un délit de fuite
  • une tâche d’eau sur un parquet non traité
  • deux maisons moyennement propres

 

Quelques anecdotes

La marche arrière craquée
Notre dernier échange a également inclus l’échange de notre voiture. Dessus, le levier de vitesse a une sécurité qui consiste à lever le pommeau pour passer la marche arrière. Sauf que notre échangeur n’a pas su faire et il a sans doute forcé jusqu’à ce qu’elle s’enclenche… Du coup, plus besoin de lever.. pas forcément gênant mais un poil contrariant. Il faut désormais faire attention à ne pas aller trop à gauche pour passer la 1e sinon on recule…

Des rencontres entre échangeurs
Je fais partie d’un groupe d’échanges de maisons sur facebook depuis quelques années. Les membres du groupe, très enthousiastes sur les échanges, sont disséminés dans toute la France et certains se rencontrent lors d’échanges (bien évidemment). Moi j’ai rencontré mon « premier » membre au Québec l’an dernier ! Louise qui nous a accueilli quelques jours chez elle. J’ai rencontré également Florent, échangeur du Sud-Ouest en Irlande lors de notre dernier voyage. Et oui, les échanges, ça créé des liens !

Un invité non désiré
En échangeant avec une maison dans le Tarn, nous avons eu plusieurs déconvenues sur la propreté des lieux. Première fois que cela arrivé (et ça n’est jamais plus arrivé). Mais le summum a été lorsque nous avons voulu nous asseoir sur le pouf situé en dessous de l’escalier.. Il était un peu froissé alors je le tapote, re-tend le tissu qui me semblait froissé et que vois-je… un asticot qui avait fait son nid dans un pli du pouf !! quelle horreur !

L’arrivée dans la maison norvégienne
En 2012, nous avons échangé avec une famille norvégienne. Dans leur voiture, à l’aéroport, le GPS était réglé sur « maison », chouette, il n’y a qu’à suivre… Sauf que vers la fin du trajet, ce qui semblait être bientôt l’arrivée dans la maison, nous avons suivi le GPS qui nous indiquait un chemin en terre. Nous nous engageons. Au bout de quelques mètres, on s’inquiète un peu car on traverse une forêt et le chemin est caillouteux, terreux et plein de trous. On continue puisque le GPS nous indique être sur la bonne voie.. on croise quelques maisons, on monte de nouveau, quelques virages toujours sur ce chemin forestier et d’un coup, vue magnifique sur la maison de nos norvégiens. Et là, on a pris une sacrée claque ! Une maison immense, tout en bois, avec vue sur le lac… Heureusement que le GPS était là car jamais nous n’aurions trouvé la maison !
norvege

Sinon, nous avons eu pas mal de péripéties lors de notre voyage dans l’ouest canadien en 2008…

Les contraventions
Nos tout premiers hôtes canadiens ont beaucoup voyagé lors de leur séjour chez nous. Habitués aux longues distances, ils font fait près de 3500 km avec notre voiture. A notre retour, nous avons trouvé 2 contraventions pour excès de vitesse ! Il nous a suffit de photocopier nos billets d’avion et de remplir la fiche au nom du canadien pour que l’affaire soit « classée » sans suite.

La bombe anti-ours
Nous étions dans l’ouest canadien en septembre et qui dit septembre, dit ours qui mangent des baies. Nous avions donc été prévenus qu’il fallait faire attention aux ours lors des randonnées que nous effections. Moi ça me stressait un peu quand même, je me voyais déjà avec un gros ours noir face à moi… Papa lutin n’étant pas chaud pour acheter le spray au poivre vendu dans tous les magasins et censé repousser les ours en cas de rencontre fortuite, je rongeais mon frein. Je ne pouvais m’empêcher de flipper dès que je voyais des baies sur les côtés. Un jour, nous devions faire la « Swifcurrent Pass », la ranger nous signale qu’elle est fermée à cause des ours qui ponctuent le parcours. Du coup, nous optons pour une autre rando (magnifique au demeurant) la « Grinell Glacier ». Pour me rassurer, j’ai donc pris les clés de voiture et j’ai passé (presque) mon temps à secouer pour faire du bruit… J’ai aussi embarqué la bombe de déodorant dans le sac de rando au cas où…
Papa lutin s’est bien moqué de moi et a même entamé une petite danse « anti-ours »…
On en parle encore parfois…
canada2008 (75)

Chaussures de rando en feu
Les jours où nous campions, il y avait la possibilité de prendre le permis feu. En effet, à chaque emplacement, il y a un trou à feu pour se réchauffer le soir et/ou griller quelques guimauves.
Septembre dans l’ouest canadien, ça commence à faire frisquet alors un soir, nous optons pour une petite flambée. Pour me réchauffer et griller mon chamallow, je m’approche et met mes pieds sur le tour du trou à feu qui est en acier. Tout va bien, je suis bien, j’ai chaud et d’un coup je vois de la fumée sortir de mes pieds, puis l’odeur du plastique brûlé… Je me suis rendue compte que mes semelles de chaussures étaient en train de fondre !
Elles n’ont pas eu le temps de beaucoup fondre mais depuis, elles gardent cette petite particularité qui font leur charme…!
canada2008 (112)

L’accident de voiture et le délit de fuite
C’était notre 1er voyage à l’étranger et notre 2e échange et ce que nous ne redoutions pas encore est arrivé… nous avons eu un acccident avec la voiture de nos hôtes, le 3e jour !
C’était un dimanche et nous allions passer 3 jours en camping dans le parc national Waterton à la frontière avec les Etats-Unis. Nous nous sommes arrêtés à un stop dans une ville déserte…
Nous regardions l’architecture des maisons quand une voiture garée sur le parking d’à côté à reculé… dans notre portière passager (ben oui que viennent faire des touristes dans cette ville désertée le dimanche…). La vitre électrique me tombe sur les genoux. Un indien immense sort de la voiture et nous demande de le suivre jusqu’au commissariat. Craignant qu’il nous sème, nous lui demandons sa carte d’identité comme garantie. Il refuse et part sans demander son reste en nous plantant sur place. Et là… les pleurs arrivent. Un dimanche dans une ville fantôme au fin fond du Canada avec une voiture cassée qui ne nous appartient pas, l’angoisse !
Après avoir repris nos esprits, nous allons au commissariat mais il n’y a personne. Heureusement une borne SOS est à proximité. Comme dans les films, je compose le fameux 911… Et je tombe sur une dame très gentille à qui j’explique le problème (en anglais of course), elle me rassure et me répond que la patrouille locale va bientôt arriver. Nous attendons un bon petit moment puis deux cow-boys arrivent, on leur explique à nouveau, ils font le tour de la voiture et notent tous les problèmes. J’avais retenu la plaque d’immatriculation du fuyard alors nous allons signer une plainte pour délit de fuite. Ils nous expliquent que la procédure avec les assurances est lancée et que nous pouvons repartir.
La tête n’est plus au camping mais au retour à la maison pour le dire à nos hôtes, comment allons-nous leur annoncer que la voiture qu’il nous prête gentiment est cassée ?! voitureaccidentechangemaisonUne fois de retour, nous tentons d’appeler nos hôtes.
Heureusement qu’ils nous ont prévenu qu’ils partaient en camping à St-Emilion, j’appelle ainsi tous les campings du village et tombe enfin sur le bon. Je demande à ce que le message de me rappeler leur soit donné. Ils nous rappellent le lendemain, nous leur expliquons la situation et leur flegme nous scotche.
Le monsieur me dit que ce n’est pas grave, ce n’est pas notre faute, il n’y a pas eu plus que du mal matériel, que nous devons appeler leur ami pour qu’il se charge de la voiture. Ils finissent par dire que nous pouvons prendre leur 2e voiture et de continuer notre trip dont nous avions tant rêvé depuis tous ces mois. Vous vous demandez comment cela s’est terminé ?
Au final, l’indien fuyard n’a jamais été retrouvé mais notre plainte a permis à ce que les assurances remboursent l’intégralité des dégâts.
Nous avons continué notre périple avec la 2e voiture et ce voyage a été le plus beau du monde..

Le sac aux miracles
Toujours chez ces mêmes canadiens… Le dernier jour, nous faisons le ménage et c’est papa lutin qui passe l’aspirateur dans la chambre. Il soulève les couvertures du lit qui tombent jusqu’au sol pour aspirer le dessous et voit un sac. Pensant qu’il s’agit d’un des nôtres, il le prend et l’ouvre… Il ne m’en a même pas parlé le chameau, il a attendu qu’on soit dans l’avion pour me dire qu’il y avait tout un tas de sex-toys dans le sac qu’il avait trouvé…!

Et vous ? des anecdotes à raconter ?

Les jouets préférés d’un petit garçon de 2 ans

Pas toujours facile de trouver LE cadeau qui fera plaisir à son fils, son neveu, son petit-fils ou son filleul. Que ce soit pour Noël ou pour un anniversaire, quels cadeaux offrir à un petit garçon de deux ans ? Quels sont les jouets préférés à cet âge ?
Voici une petite récap des différents jeux et jouets que mini lutin préfère, je les ai classé selon l’intérêt qu’il y porte.


Moto électrique
C’est le jouet number 1 à la maison… Mini lutin l’a eu ses 1 an et clairement, il était trop petit, même si très tonique. Elle est notée à partir de 18 mois et ce n’est pas pour rien.. Quoi qu’il en soit, il s’en sert depuis justement ses 18 mois et même à 2 ans passés, c’est son jouet préféré. Il l’utilise tous les jours, il fait coucou à tout le monde avec, bref, si vous avez de la place (oui il faut un long couloir ou une grande pièce de vie !), c’est l’indispensable pour les petits garçons !
Prix : 50€
motopolice


Draisienne
Pour ses 2 ans, je voulais trouver une draisienne a mon mini lutin pourtant, à cet âge, l’enfant est à peine assez grand pour en utiliser une. En général, elles sont utilisables à partir de 3 ans pour. Toutefois, il existe des draisiennes très basses qui permettent une utilisation dès 2 ans. Merci au merveilleux article de Tiny la Souris qui m’a permis de trancher…et de choisir la Puky LR. Avec une entrejambe de 29 cm, mon fils a pu l’utiliser quasi aussitôt sortie du carton !
Il l’adore littéralement et avec 2 mois d’expérience, il s’en sert déjà comme un chef !
Ses plus : légère, pas de barre au milieu (il peut se rattraper facilement s’il tombe), siège bas, c’est un must.
Prix : 62€
draisiennecadeaux2ans


Le livre sur les tracteurs

Je ne sais pas pourquoi mais mini lutin A-DO-RE les tracteurs, les motos et tout ce qui fait du bruit… Je lui ai ainsi acheté un livre pour découvrir les engins de la ferme et c’est son livre de chevet, il faut toujours finir les histoires par ce livre là.
Prix : 8€
enginsdelaferme


Les livres sonores
Mini lutin adore les petits livres sonores et tout particulièrement ceux d’animaux. Son préféré ce sont les instruments, il est fan, on les mime, c’est un petit jeu dont on raffole tous les 2. Petite anecdote : un jour nous écoutions la radio et la chanson « Comme toi » de J-J Goldman passe, viens le moment du solo de violon et là il me regarde et me dit « iolon maman », j’étais toute fière qu’il reconnaisse le son ! Depuis, il m’a refait le coup avec la guitare lorsque nous écoutions la radio dans la voiture.
Prix : 10€
instruments


Le tracteur à pédales
Toujours dans la folie des tracteurs, il adore celui que belle-maman a trouvé à une brocante pour miss lutin, il y a donc 6 ans… ! Il monte dessus dès qu’il en a l’occasion et ça y est, à 26 mois, il peut enfin monter dessus et pédaler, il est ravi ! Je ne le mets pas en photo car il est vieux et délavé mais ces un de ce genre :

Prix : 60€
tracteur


Super sand
Alors c’est normalement à partir de 4 ans et il a piqué le jeu de sa soeur mais il adore vraiment mettre les mains dans le sable et faire des petites constructions avec les éléments fournis. Bien lavés les mains après utilisation.
Prix : 40€
supersand

Dessiner
Des crayons, des feuilles et en avant les dessins ! Bon rien de ressemblant à quoi que ce soit mais il aime bien dessiner, il s’applique en plus. Bref, un indémodable !

Sinon, il a tout plein d’autres jeux ou jouets mais à son âge, il joue 5-10 minutes avec et il passe à autre chose, parmi eux : le chamboule-tout d’Oxybul, Monsieur Patate, les Duplos ferme, les animaux-puzzle-aimants, la lune à empiler

Et vous, votre 2 ans, il/elle joue à quoi ?

Interview sur l’échange de maison en famille

Grande fan du site « Voyages et Enfants » j’avais commenté un article de Sandrine sur facebook sur le thème de l’échange de maison. Elle m’a ensuite recontacté pour savoir si j’accepterais de témoigner pour un prochain article sur ce thème. Elle souhaitait traité le sujet en réalisant un portrait croisé de 4 mamans « échangeuses ». J’ai bien évidemment accepté !

Paru mi-juillet, voici la partie qui me concerne.

Logo-Voyages-et-Enfants-Voyager-en-famille-devient-un-jeu-denfant-DEF

Bonjour, pouvez-vous présenter votre famille et votre façon de voyager (âge des enfants, lieu d’habitation, nombre de voyage etc…) ?

DSC_0203Nous sommes une famille de 4 dont une fille de 7 ans et un garçon de 2 ans.
Nous habitons une maison récente en plein coeur de la campagne bourbonnaise en Auvergne.
Avant nous partions en vacances en camping puis j’ai découvert le concept de l’échange de maisons et nous ne voyageons que de cette façon depuis 2008.

Depuis nous partons une semaine au printemps et 2 ou 3 semaines l’été. Il arrive aussi que nous échangions juste pour le week-end !
Côté destinations françaises : Ardèche, Drôme, Tarn, Cantal, Vercors, Rennes, Montpellier, Hyères, Narbonne, Strasbourg, Nîmes et plus loin : Norvège, Guadeloupe, Canada (est et ouest), Suisse.
Cet été nous serons en Irlande et l’an prochain nous avons déjà des contacts pour un échange en Slovénie…

Quelles étaient vos craintes avant de faire votre 1er échange de maison ?

Nous avons vu un article sur l’échange de maison dans un magazine de bons plans en 2008. On y voyait le moyen de voyager loin à petit prix. La toute première crainte était de ne pas trouver quelqu’un qui voudrait venir chez nous !
Nous habitons une maison dans la campagne en plein coeur de la France et nos proches nous répétaient souvent : « mais qui voudrait venir dans votre coin de pays ?».

L’autre crainte était de ne pas trouver des gens dans le même état d’esprit que nous. Car même si tout le monde peux échanger, tout le monde n’a pas l’esprit pour échanger.

En réfléchissant à  d’autres craintes : je n’en trouve aucune !
Nous n’avons pas eu peur de laisser notre maison à  des étrangers, nous n’avons pas d’objet de grande valeur que ce soit financière ou sentimentale.
Nous nous sommes ainsi lancé dans l’aventure des échanges de maisons.

Quel site d’échange de maison utilisez-vous pour partir en famille? Votre avis sur ces différents sites ?

P1010472Avant d’en choisir un, j’ai fait le tour des sites existants : des gratuits, des payants, des vieillots, des pas pratiques et des pas intuitifs !

Et puis j’ai trouvé trocmaison. Le système de recherches était très bien fait, avec mots-clés, nombreux critères.
Les offres étaient à jour et j’ai de suite bien accroché. Je l’utilise depuis 2008. Il a connu plusieurs améliorations depuis afin de contenter le nombre croissant de membres.
Il permet ainsi d’écrire des commentaires suite aux échanges, de faire des recherches par dates, par destination inversée (qui veux venir chez moi).

Quels sont les avantages / inconvénients de faire une échange de maison en famille ?

Nous échangeons depuis 8 ans et en sommes à notre 14e échange (édit du 3 août : 15 désormais) dont 12 avec notre fille et 6 avec notre fils. Les avantages sont évidents : financièrement, on ne paye aucun hébergement !
DSC_1088C’est une sacrée économie quand on voyage en famille ! Et puis avec des petits, on trouve une chambre avec un lit à  barreaux, une table à  langer, des jouets, une poussette !
Tout est sur place, pas besoin de surcharger la voiture ou les valises.
Nous sommes partis en Suisse, en Norvège, au Québec et nous irons en Irlande cet été en voyageant léger.
Autres avantages : cuisiner (on n’a pas besoin d’aller au restaurant tous les jours), s’occuper des animaux (nous n’en avons pas alors nos enfants sont ravis de s’occuper des chats, lapins ou tortues !), rencontrer les voisins pour un apéro pendant que tous les enfants jouent ensemble..

Les inconvénients : ils sont plutôt rares mais on n’est pas à  l’abri d’une mauvaise surprise. Il arrive qu’il y ait un peu de casse : une assiette, un verre mais ça peux arriver à  tout le monde. Le gros inconvénient que je vois c’est dans les grands pays : il est difficile de visiter un pays lorsqu’il y a de grandes distances, il faut alors partir quelques jours et donc payer des hébergements. (édit du 3 août : l’Irlande n’est pas un grand pays mais les distances sont longues, nous n’avons donc pas pu voir toutes les beautés qu’offraient l’île…)

Quelles sont les étapes pour bien préparer son échange de maison ?

DSC_1512Une fois l’échange confirmé, la communication est primordiale.
On échange jamais avec des étrangers à  proprement parlé car les nombreux mails reçus de part et d’autre (souvent pendant des mois) permettent de mieux se connaitre et de s’en faire des «amis », de savoir quelles sont les attentes de chacun !
On se skype parfois pour mettre un visage sur un nom !

Ensuite il faut préparer sa maison : trier, ranger let jeter, réparer ce qui attendait de l’être, faire un peu de place pour les valises des hôtes, faire le ménage, les lits, ça prend parfois beaucoup de temps !

Enfin, préparer un petit panier d’accueil : des chocolats, une bouteille de vin, des jeux ou bonbons pour les enfants et un repas qui participeront à la convivialité de l’échange.

Avez-vous créé un livret d’accueil, un contrat ou autre ?

DSC_1234Sur trocmaison, il y a un contrat tout fait qui peut être conclu entre les 2 parties.
Il n’est pas obligatoire et personnellement, je n’en fait jamais.
Par contre, j’ai un livret d’accueil, une sorte de mode d’emploi de la maison, ça me parait indispensable : le fonctionnement des appareils électroménagers, comment allumer le poêle, le fonctionnement de la petite piscine, où trouver le nécessaire pour le barbecue, les contacts pour le dépannage éventuel, les téléphones des voisins !

Comment gérez-vous vos affaires personnelles et jeux des enfants ?

Avant, on fermait à  clé une pièce qui comprenait nos papiers mais on ne le fait plus. Nous ne fouilloDSC_1792ns pas chez les gens alors nous pensons qu’ils ne le font pas non plus. Nous faisons confiance !

Pour les jeux des enfants, on ne fait rien du tout ! Tout est à disposition des enfants de l’autre famille.

Toutefois, maintenant que notre fille est plus grande, je lui demande de ranger les petites affaires qu’elle ne souhaite pas partager.

Avez-vous d’autres astuces à partager pour bien réussir son échange de maison en famille ?

DSC_0556L’intérêt financier ne doit pas être l’unique motivation pour échanger sa maison, il faut vraiment avoir cette philosophie à part entière qui consiste à faire confiance aux autres. C’est un échange gagnant-gagnant dans lequel on doit ne pas penser qu’à nous mais aussi au bien-être de l’autre famille en lui facilitant la vie chez nous. C’est d’ailleurs un facteur clé de succès : bien soigner ses invités pour qu’il soigne notre maison en retour.
Il faut aussi faire participer les enfants : leur faire ranger leur chambre, faire un dessin pour les enfants de l’autre famille et leur faire comprendre que d’autres toucheront leurs affaires et ranger à l’abri les petits secrets qu’ils ne souhaitent pas partager.
Répondre promptement aux mails de l’autre famille : la communication est primordiale pour créer ce lien de confiance.

Retrouverez l’intégralité de l’article ICI.
Merci à Sandrine de m’avoir choisi !

Cette interview vous a plu ? Seriez-vous prêt(e) à échanger votre maison vous ?